Respect de la nudité

Highslide JS

une petite pluie
rafraîchissante n'est pas
une raison suffisante
pour s'habiller !

Quand on décide de passer ses vacances dans un centre naturiste, c'est (ce devrait être) en principe pour être nu le plus souvent possible - "dès que le temps le permet" dit en général le règlement - quels que soient l'heure et le lieu. Or, de plus en plus souvent, on trouve des centres naturistes où la pratique de la nudité ne diffère pas beaucoup de celle d'un camping textile qui se situerait en bordure d'une plage naturiste : outre les adolescents, dont on tolère (trop aisément) qu'ils se déshabillent assez peu, on voit de plus en plus d'adultes pour qui la pratique de la nudité se limite aux piscines et à la plage.

Pour ce qui concerne la Sablière, globalement, la pratique est plutôt bonne. La nudité à la plage et dans les piscines est totale (hors quelques adolescents sur la plage). Dans les chemins, les parties communes et la supérette les vêtements sont rares voire exceptionnels (quelques tee-shirts aux heures les plus fraîches).

Au restaurant, la moyenne est plus variable : en général bonne à midi, la nudité est plus que rare le soir (alors que la température reste souvent très douce jusqu'à tard dans la nuit, contrairement aux centres de la côte atlantique). J'ai pour ma part toujours vécu à la Sablière entièrement nu jour et nuit sans ressentir de gêne à aucun moment, mais je me suis de ce fait abstenu de fréquenter le restaurant au dîner.

Pour ce qui concerne le personnel, le personnel d'animation travaille généralement nu, mais les personnels de restauration, administratifs, techniques et de sécurité travaillent pour l'essentiel habillés, à l'exception notable de Gaby Cespédès. Bob et Katia (gérants du snack Khunu jusqu'en 2011) travaillaient nus, mais ce n'est pas le cas de leurs remplaçants, hélas.

 

Dans tous les grands centres, cette question est récurrente, et de plus en plus préoccupante. Certains y sont insensibles, préoccupés surtout par leur chiffre d'affaires (Euronat, par exemple). D'autres y sont sensibles, mais cela reste souvent à l'état de voeu pieux, par des affichages non contraignants (Montalivet). Il faut bien reconnaître que la Sablière est le seul à s'en préoccuper avec un peu plus que des mots.

L'apparition en 2014 de cet encadré dans la brochure publicitaire met bien en avant cet aspect, particulièrement concernant les jeunes ...

 

 

  Textes et illustrations © Jacques Gana 2007-2014. Reproduction interdite sans autorisation Contacts | Mentions légales | Plan du site